Trésors d’architecture de la région Centre

Le Centre du Vietnam avec la ville de Hué est une région très riche du point de vue de l’architecture. Le Vietnam a été dans son passé sous domination chinoise jusqu’au Xe siècle. Une fois indépendant, il continuera d’être influencé dans le domaine des arts par la Chine. Du IIe siècle au XVe siècle, les Chams, une population malayo-polynésienne, s’installe et développe dans le Centre du Vietnam, une civilisation influencée par l’Inde.
C’est ainsi que vont cohabiter deux civilisations sur le même territoire.
Bernard Philippe Groslier dans son livre « Indochine » définit bien cette double influence de l’Inde et de la Chine dans les arts vietnamiens : « le phénomène essentiel qui détermina tout l’avenir de V Indochine fut l’arrivée successive sur ces terres de la Chine puis de l’Inde et les influences que ces civilisations y exercèrent (…). La Chine dominera, l’Inde ensemencera. L’une et l’autre façonneront ainsi la structure double de l’Indochine. »

Voir plus: circuit vietnam du nord | excursion baie d’halong terrestre | Circuit vietnam cambodge 12 jours | Circuit 20jours au vietnam
UNE CAPITALE IMPÉRIALE : HUÉ
La ville de Hué s’élève au bord de la rivière des Parfums et au milieu de collines verdoyantes. Qualifiée par l’UNESCO « d’admirable poème architectural », cette ancienne ville impériale a bien des merveilles à faire découvrir au visiteur à commencer par sa Cité interdite, ses pagodes et ses tombeaux impériaux. La visiter, c’est entrer de plein-pied dans l’histoire.
Au IIe siècle av. J.-C, elle est sous le contrôle de la dynastie chinoise des Han et s’appelle Tay Quyen. Au cours du IIe siècle, les Chams s’en emparent et y établissent un centre religieux jusqu’en 450, date à laquelle les Chinois reprennent la ville. Au XIVe siècle, Hué est rattachée au royaume d’Annam et prend le nom de Phu Xuan, « la terre des riches printemps ». Au XVIe siècle, elle est gouvernée par les Seigneurs Nguyen qui vont s’opposer en 1786 aux frères Tay Son. Ces derniers seront les maîtres de la ville jusqu’en 1802.
A cette date, Nguyen Anh, le futur empereur Gia Long reprend la citadelle de Phu Xuan et réunifie les territoires du Nord, du Centre et du Sud. Gia Long devient le premier empereur et décide, afin de justifier sa légitimité, de construire une nouvelle citadelle qui remplacera celle de Phu Xuan. Ce sera Hué, une déformation du mot « Hoa » qui signifie paix. L’empereur qui maintient des contacts avec la France s’inspire des fortifications de Vauban pour construire la citadelle.
C’est dans son enceinte que se trouve la Cité impériale réservée uniquement à la famille royale et aux concubines. On pense qu’à l’époque des Nguyen, il y avait une centaine d’édifices dans la Cité impériale. Aujourd’hui, seuls quelques bâtiments se visitent. On accède à la Cité impériale par la porte du Midi, l’une des quatre entrées principales qui délimitent l’en¬semble carré de la citadelle. Elle est surmontée par le belvédère des Cinq Phénix. C’est de ce belvédère que l’empereur assistait aux fêtes et aux cérémonies.
Juste à côté, le palais de l’Harmonie suprême est certainement l’un des plus beaux bâtiments de toute la Cité impériale. D’inspiration chinoise, c’est une copie fidèle de celui de Pékin. C’est ici que l’empereur présidait et y recevait ses invités de marque lors des cérémonies de couronnement et des grandes fêtes. Les murs et les colonnes en bois de teck laqué rouge et or sont gravés de poèmes en caractères chinois et de motifs traditionnels chinois comme le dragon, symbole de la puissance royale. D’un abord imposant, le palais forme un ensemble très harmonieux. C’est un chef d’œuvre d’architecture. Il faut admirer sa toiture recouverte de tuiles émaillées jaunes et vertes, décorée de dragons bariolés. Jadis, le palais était appelé « palais aux cent toits ».
De la Cité pourpre interdite, il ne reste que la bibliothèque et les pavillons. Les autres bâtiments ont été détruits pendant l’offensive du Têt en 1968.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*