Trésors d’architecture de la région Centre 3

LE ROYAUME DU CH AM PA
On pense que c’est au IVe siècle de notre ère que les Chams fondent le Royaume du Champa dans le centre du Vietnam. Ils y apportent la civilisation indienne représentée par la religion brahmanique, le sanskrit, l’architecture religieuse et la sculpture. L’hindouisme de Shiva et le bouddhisme Mahayana vont être adoptés par les Chams alors que le reste du Vietnam est sous domination chinoise.
C’est ainsi que, du Xe siècle au XVe siècle, les deux civilisations Viet et Cham vont cohabiter sur le même territoire.

Voir plus: circuit vietnam du nord | excursion baie d’halong terrestre | Circuit vietnam cambodge 12 jours | Circuit 20jours au vietnam
Le royaume du Champa est fragmenté en petites principautés. Il atteint sa plus grande superficie en l’an 1000, s’étendant de la porte d’Annam jusqu’au capVung-tàu. Les Chams vivaient principalement de l’agriculture et du commerce maritime. Surnommé « lesVikings de l’Asie », ce peuple de marins était en contact avec de nombreux autres peuples : indiens, chinois, japonais, malais, indonésiens et même européens.
L’architecture Cham est originale, caractérisée par l’utilisation de tours-sanctuaires presque exclusivement en briques, appelées « kalan ». Le kalan est le symbole du microcosme. Son socle est souvent décoré par des scènes de danse ou de combat et par des motifs représentant des fleurs ou des animaux. Le corps du bâtiment symbolise le monde spirituel. Ses murs de briques sont ponctués de pilastres et de bandes verticales. La création de fausses portes procède de l’influence de l’architecture dravidienne d’Inde du Sud. Elles sont ornées de statues en grès. Certains motifs comme les colonnes, les tympans et les pilastres se répètent sur les élé¬ments secondaires de la tour. L’accent est mis sur la verticalité des lignes. Le toit incarne l’univers sacré, siège des dieux.
A toutes les époques, les édifices ont conservé le même plan. Les changements interviennent surtout dans la décoration. Le site de My Son qui signifie la « belle montagne » se compose de huit groupes d’édifices désignés par ordres alphabétiques de A à H par les archéologues de l’Ecole d’Extrême-Orient.
Ces ruines, enserrées dans une luxuriante végétation, dégagent une atmosphère insolite. My Son, fondé au début du Ve siècle, a été habité jusqu’au XVe siècle. Au fil du temps, les temples ont connu des modifications. Plusieurs styles et époques ont cohabité sur le même monument. C’est le cas du grand sanctuaire Al qui est venu s’insérer dans un ensemble plus ancien, occupant la place du sanctuaire central. Les archéologues parlent de « style de My Son E l » pour évoquer les premiers sanctuaires en briques du VIL siècle ainsi que les bas-reliefs. En sculptant des scènes d’ascètes musiciens et des scènes de sacrifice et de méditation, les sculpteurs Chams ont été influencés par l’art pré-angkorien mais aussi par l’Inde du Sud et l’Indonésie. Les Chams et les Khmers se connaissaient et ont souvent été en rivalité. Jayavarman VII, l’un des grands souverains du Cambodge, envahira même le Champa qui deviendra une province khmère entre 1203 et 1220. My Son devient au VIIe siècle le centre religieux du royaume du Champa où tous les rois venaient se recueillir lorsqu’ils accédaient au trône.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*