Le littoral 3

En fin d’après-midi, le port de pêche s’anime avec l’arrivée des bateaux. Tous sont peints de couleurs vives avec la représentation d’yeux noirs sur fond rouge sur la proue. Les Vietnamiens utilisent parfois des bateaux-paniers appelés « ghe thung chài ». Ces embarcations faites de lattes de bambou tressé sont très légères et d’une remarquable sta¬bilité. Avec ce type de bateaux, on peut naviguer par tous les temps, même lorsque la mer est agitée et qu’il y a de fortes houles. Ils sont très pratiques pour relever des casiers ou des filets. Les Vietnamiens ont toujours été de grands navigateurs. Au XVIIIe siècle, les Anglais considéraient les Cochinchinois comme les plus habiles marins de l’Extrême-Orient.
Mais la pêche n’est pas la seule ressource. Il existe un autre domaine qui rapporte beaucoup de devises pour les habitants de la région de Nha Trang, c’est celui de l’élevage de nids d’hirondelles. Le Vietnam récolte chaque année près de trois tonnes de nids d’hirondelles. Il est vrai que dans toute l’Asie, ce met à base de gélose est très recherché. On en trouve surtout dans les grottes et sur les falaises de roches calcaires. Aujourd’hui, l’élevage des hirondelles est possible grâce à des machines qui permettent d’élever les poussins. C’est une denrée non négligeable pour les habitants, d’autant plus que le kg de nids d’hirondelles peut parfois atteindre les 5000 dollars. De Nha Trang, la route longe le littoral dans un paysage quasi désertique avant de rejoindre la ville de Phan Rang.
Au sud de la baie de Cam Ranh, se trouve le port de PhanThiet, situé dans la province de Binh Thuan à 200 km de Hô Chi Minh-Ville. La ressource principale de Phan Thiet est la pêche. Avec une centaine de variétés de poissons, les produits de la mer prennent une place importante dans l’économie du pays. Les habitants de la région produisent également du nuoc man, une sauce de poisson cuisinée avec des sardines qu’on laisse mariner dans du sel. À l’est de Phan Thiet, les plages sont magnifiques. Elles sont toutes différentes. Certaines sont bordées par des dunes de sable alors que d’autres sont garnies de noix de cocos. Chaque matin, on y pêche la crevette. C’est un secteur très rentable pour le Vietnam. Il fait bon flâner sur sa plage. Des enfants ramassent des coquillages.
Le village de pêcheurs de Mui Ne est situé au bout d’une route un peu à l’écart. Avec ses dunes de couleur ocre, c’est un endroit magique. Ses plages sont encore épargnées par le tourisme. Ce qui ne manque pas de surprendre ici, c’est la présence innombrable et insolite de dunes de sable qui s’étendent à l’infini. On a l’impression d’être un peu au Sahara. C’est un petit coin de paradis qu’on aurait aimé gardé secret.
Encore plus au sud, situé à la frontière avec le Cambodge, Ha Tien possède de jolies plages. Celle de Bai Duong est bordée de pins tandis que celle de Hon Chong dispose d’une eau chaude et calme. Dans les environs de Ha Tien, s’étire la magnifique plage de Bai No bordée de cocotiers. A ses cotés, se trouve le village de pêcheurs.
Les deux pays ont souvent été rivaux.Encore aujourd’hui, ils se disputent les territoires des petites îles. La plupart sont inhabitées. Certaines offrent la possibilité de récolter les fameux nids d’hirondelles qui valent une fortune à l’exportation. D’autres sont de véritables paradis pour les plongeurs et les adeptes de la baignade et du farniente. Les fonds marins sont d’une extraordinaire richesse.
La plus grande est celle de Phu Quôc. Elle dispose de superbes et longues plages de sable fin bordées de cocotiers comme celle de Long Beach. Celle-ci, qui porte bien son nom, est longue de 20 km. D’autres plages méritent le détour comme celles de Bai Sao ou Bai Cua Can.Toutes disposent d’une eau turquoise.
Située dans le golfe du Siam, l’île de Phu Quôc est revendiquée par le Cambodge… Une halte de rêve dans ce pays de contrastes.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*