L’Histoire 3

A Hué, il faudra 26 jours aux forces sud-vietnamien nés et américaines pour venir à bout des 7 500 hommes de l’armée populaire. Si le FLN a perdu militairement la bataille, l’impact de l’offensive du Têt est une victoire pour les communistes. Des manifestations d’étudiants et de hippies s’organisent sur les campus américains de Berkeley et de Columbia afin d’appeler à l’arrêt de la guerre.
En janvier 1969, Richard Nixon est déterminé à s’engager dans une désescalade. Il veut bien aider financièrement et matériellement le Sud-Vietnam, mais ne veut plus envoyer des troupes de soldats sur place. Pour satisfaire l’opinion publique américaine, Nixon annonce le retrait de 25 000 hommes du Vietnam et parle de « désaméricanisation » puis de « vietnamisation » pour tenter une paix « dans l’honneur ». Le but de la « vietnamisation » avec la création d’un Etat Vietnamien de Saigon et d’une « armée nationale » est de ne plus faire subir de pertes à l’armée américaine en attendant que celle-ci quitte définitivement le pays.
Un accord de paix est signé à Paris en 1973. Mais les combats se poursuivent. LesVietcongs préparent dans le plus grand secret la future « campagne Hô Chi Minh » qui va les mener jusqu’à Saigon. Le 17 janvier 1975, les troupes communistes envahissent les villes de Binh Phuoc, QuangTri, Hué, Da Nang qui tombent les unes après les autres tels des dominos. Le 17 avril, les premières forces révolutionnaires arrivent dans Saigon. Toutes sont lourdement armées, équipées de chars, d’artillerie et de lance-missiles sol-air.Très vite, ce sont plus de 130 000 soldats de l’armée populaire qui cernent la capitale contre 60 000 Sud-Vietnamiens.

A voir: voyages vietnam | Ninh Binh

La fin est inéluctable. Le président Thieu, qui a essayé de résister jusqu’au bout, est contraint de démissionner après des jours de combats acharnés. Le 30 avril 1975, les chars envahissent le Palais de l’Indépendance. Le général DuongVan Minh est fait prisonnier. Saigon est rebaptisé Hô Chi Minh-Ville. La « victoire est totale pour les communistes vietnamiens qui ont atteint l’objectif assigné par Hô Chi Minh : contraindre les Américains à rentrer chez eux. Le 24 juin 1976, le Vietnam est réunifié et la République socialiste proclamée. Le nouveau gouvernement engage le Sud-Vietnam dans une politique de nationalisation des entreprises et de collectivisation des terres, entraînant l’exode de milliers d’opposants qui s’enfuient dans des bateaux de fortune : les « boat people ».
Les dirigeants de Hanoi transforment la « République démocratique » en « République socialiste » et établissent que l’Etat est une « dictature prolétarienne dirigée par le Parti
communiste avec la mission d’édifier le socialisme et de progresser vers le communisme ».
La socialisation du Sud s’accélère dans tous les domaines, culturel, idéologique, scientifique et technique. Nombreux sont ceux, « influencés par la culture occidentale et décadente », qui sont enfermés dans des camps de rééducation.
Le plan quinquennal mis en œuvre de 1976 à 1980 fait stagner la production agricole. Les paysans, devenus fonctionnaires de coopératives agricoles, ne sont pas motivés pour augmenter leur rythme de travail et leur rendement. Ils ont des salaires tellement faibles qu’ils sont obligés pour survivre d’avoir une deuxième ou une troisième activité.

Le 3 novembre 1978, le Vietnam signe avec l’URSS un traité d’amitié et de coopération. A part ces échanges entre pays socialistes, le Vietnam est replié sur lui-même. En 1986, une grande réforme économique est menée par le Parti communiste viet¬namien qui a pour conséquence l’ouverture du pays à l’économie de marché et à l’abandon du système marxiste. Cette réforme, appelée « Doi Moi », permet la création d’entreprises privées et les échanges économiques internationaux. Le Vietnam s’engage dans « une économie de marché à orientation socialiste placée sous la tutelle d’Etat ». Désormais, les entreprises d’Etat sont en concurrence avec des sociétés privées.
Depuis le début des années 1990, on assiste à une croissance économique de plus en plus affirmée au Vietnam. La levée de l’embargo américain en 1994, suite à la visite de Bill Clinton, permet au Vietnam d’avoir recours à une aide du FMI et de la Banque mondiale. Les entreprises étrangères sont nombreuses à investir au Vietnam.

Sehen Sie mehr: Rundreise Vietnam und Badeurlaub | voyage 1 semaine Nord Vietnam | voyage ninh binh | Circuit vietnam autrement

En 2001, le Vietnam est considéré par les organismes internationaux comme « le bon élève de la classe Asie du Sud-Est » avec une croissance de 7 % et une augmentation considérable des exportations. Il fait partie de la « Coopération économique Asie-Pacifique » et de 1’ « Organisation mondiale du commerce » (OMC) et siège au Conseil de sécurité de l’ONU (2008).

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*