La région du Haut Tonkin et les minorités ethniques 3

Le petit village de Sapa est niché à 1 500 mètres d’altitude sur le flanc du mont Lan Si Pan, la plus haute montagne du Vietnam (3 143 m). Souvent couvert d’un épais brouillard, il mérite son surnom de « village dans la brume ». Les Lrançais qui ont construit Sapa en 1922 appelaient cette région les « Alpes tonkinoises ». L’ascension se fait par des vallées surprenantes. On emprunte une route en lacets tournée vers un décor de rizières et de forêts, du vert tendre au vert sombre. La vue est splendide sur la forêt silencieuse. Il faut, pour se rendre à Sapa, choisir un samedi, jour de marché régional et de préférence le matin. Le soleil est encore dans la brume lorsque les femmes arrivent des vallées et des villages alentour, chargées de bottes en osier.
La région de Sapa est habitée par les « Hmongs noirs » et les « Daos rouges». Les Daos portent un costume noir et ont la particularité de nouer leurs longs cheveux dans un grand turban rouge.

Dao Rouge à Sapa
On pense qu’ils seraient plus d’un demi-million au Vietnam, divisés en de nombreux sous-groupes. Leur origine se perd dans la légende ou le mythe.

Ils ont émigré de Chine au XIIIe siècle et vivent de la riziculture, de l’élevage de bovins et de chèvres. Les hommes fabriquent de nombreux objets en rotin et en bambou tandis que les femmes sont des expertes en broderie. Les vêtements portés par les Daos comportent plusieurs pièces brodées aux motifs symboliques. La plupart s’inspirent de la nature et reflètent l’environnement naturel.

Voir plus: circuit nord vietnam 10 jours | tour Ninh Binh | voyage vietnam cambodge 12 jours | Circuit 12jours au vietnam

Les femmes Daos décorent leurs vêtements de pièces d’argent et de perles. La richesse d’une femme se calcule au poids des pièces qu’elle porte sur elle. Même si les Daos ont été influencés par le taoïsme et le bouddhisme, ils ont conservé leur rituel d’essence chamanique ainsi que le culte des ancêtres. Dans chaque village, ils rendent hommage à l’esprit du riz ainsi qu’aux génies du sol, de l’eau et du feu.

Sapa est l’endroit idéal pour séjourner et effectuer des randonnées d’une journée vers les villages alentour que ce soit dans la vallée de Cat Cat ou dans celle de Lao Cai. Les paysages sont de toute beauté. L’ascension du mont Fan Si Pan nécessite d’être en bonne forme physique. Le sentier de randonnée traverse de superbes rizières avant de passer sous une épaisse forêt, refuge des singes et des bouquetins. D’en haut, le regard peut embrasser le panorama sur la vallée se déroulant à perte de vue.
Perdu dans la montagne, le petit village de Bac Ha s’anime le dimanche, jour du grand marché régional. Comme à Sapa, les minorités ethniques des villages alentour « Hmong bariolé », « Hmong indigo », « Dao rouge », « Nung » et « Thaï » s’y retrouvent.

Le lundi a lieu le marché de Can Cau situé à 20 km de Bac Ha. Dès les premières heures du jour, une foule d’hommes, de femmes et d’enfants parés de couleurs vives envahit la petite place du village.Tous s’empressent d’accueillir le voyageur. Les visages ne sont que sourires.

Bac Ha Vietnam
Les « Hmongs bariolés » appelés aussi « Hmongs fleurs » ont fière allure avec leur coiffe et leurs vêtements multicolores. Sur le grand marché, le spectacle est partout. Tout est fascinant, captivant, rutilant. En se promenant, on découvre toutes sortes de fruits et de légumes ainsi que des tissus colorés, des sacs à pompons rouges, des bijoux en argent. Chaque espace est occupé par des stands organisés par thème.Toute une partie est consacrée à la vente d’animaux, cochons noirs et poules alors qu’un peu plus loin on y vend des étoffes multicolores.

A voir: voyager au Viet nam

Des petites gargotes sont installées aux abords du marché. On peut y déguster, assis sur un banc en bois, un bol de soupe ou une galette de riz. On ne se lasse pas d’observer les costumes chatoyants de couleurs des « Hmongs bariolés » où le rouge, le bleu, le vert et le jaune se marient avec bonheur dans un patchwork ethnique. Le va-et-vient de la foule est comme une marée de couleurs aux courants qui se croisent et se mélangent. Il est rare de voir une telle richesse humaine avec tant d’originalité, de couleurs et de gentillesse.

Les minorités ethniques ne résident pas toutes dans la région du Tonkin. Certaines ont élu domicile sur les hauts plateaux du Centre du Vietnam. C’est le cas des Giarais, des Edés, des Bahnars et des Sédangs. La plupart n’ont pas de mémoire écrite. Les anciens sont en possession de toute la culture orale de l’ethnie qu’ils transmettent oralement par des légendes, chansons folkloriques, dictons et proverbes, aux plus jeunes. Hélas, la génération actuelle semble, aujourd’hui, plus intéressée par la culture rock que par les récits d’antan. On peut se demander jusqu’à quand ces minorités ethniques conserveront leurs traditions.

Sehen Sie  mehr: Rundreise und Badeurlaub Vietnam

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*