Ho Chi Minh Ville et la région du delta du Mékong 4

De tous petits arroyos (canaux creusés par les hommes) se sont formés avec les eaux du Mékong. La meilleure manière de les découvrir est de faire un tour en bateau en passant par ces petits canaux. La ville de Mytho, située dans la province de Tien Giang, est le cœur du delta du Mékong. C’est le point de départ de plusieurs balades en bateau. Mytho qui signifie en vietnamien « la bonne herbe parfumée » est aussi célèbre pour ses orchidées. Cette ville active centrée sur le commerce du riz, de la pêche et des fruits, conserve de belles maisons coloniales ainsi qu’un joli quartier chinois.
La présence de moines bouddhistes nous rappelle que la région du delta appartenait autrefois au pays khmer. Le bouddhisme pratiqué par ces moines est le bouddhisme Himayana (petit véhicule).
Dans le delta du Mékong, la végétation est particulièrement luxuriante. Les rizières s’étalent à l’infini. Située face au golfe de Siam et à quelques kilomètres de la frontière cambodgienne, Ha Tien est un peu le bout du inonde. Ha Tien vaut le déplacement pour ses plages et ses paysages de roches calcaires. Ses habitants vivent principalement de l’élevage de crevettes qui rapporte quatre à cinq fois plus que le riz.
La mangrove de U Minh près de Ca Mau est la deuxième forêt submergée au monde après celle d’Amazonie. Véritable paradis ornithologique, la réserve de Bac Lieu présente plus de 40 espèces d’oiseaux, dont le héron cendré et une colonie importante de cigognes.Très préservé, le site est resté sauvage.
Un peu plus loin, nous arrivons dans l’ancienne ville coloniale de Sadec, surnommée « le jardin de la Cochinchine », en raison de ses nombreuses pépinières. C’est dans l’une de ces maisons d’époque coloniale, entourée de manguiers et de kapokiers, que Marguerite Duras passa les premières années de sa vie. Elle relate son enfance et son adolescence passées dans cette région du Vietnam dans son livre « L’Amant ». Elle était impressionnée par le Mékong comme le soulignent ces quelques lignes : « Je regarde le fleuve. Ma mère me dit quelquefois que jamais, de ma vie entière, je ne reverrai des feuves aussi beaux que ceux-là, aussi grands, aussi sauvages, le Mékong et ses bras qui descendent vers les océans, ces territoires d’eau qui vont aller disparaître dans les cavités des océans… ».
En tout, ce sont plusieurs milliers de kilomètres de voies d’eau qui sillonnent le delta. Une richesse pour ce pays de terre et d’eau.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*